Le deuil en médiation
1 jour (7h) |  le mercredi 18 Novembre 2020 à Valence (Drôme) |  150€/participant

Profil participants : médiateurs familiaux en exercice

Nombre de participants : entre 5 et 12

Intervenant : Claire Bonnelle
TÉLÉCHARGER LA FICHE
Parfois la mort d’un proche rend la rencontre de médiation particulièrement difficile, soit parce qu’un malaise s’installe à l’évocation du décès, soit parce que l’endeuillé traverse une étape qui ne lui permet pas de réfléchir ou de s’ouvrir aux autres. Dans ces cas-là, le médiateur peut intervenir de manière à ce que la médiation participe au processus de deuil. Selon l’étape dans laquelle la personne se situe, les rencontres de médiation peuvent l’aider à extérioriser ses affects, à parler de la personne décédée ou à se construire dans la durée une nouvelle identité plus autonome, tout en permettant un apaisement des tensions relationnelles.

Le médiateur retrouvera, adapté à la perte d’un proche, le processus d’individuation qui favorise la dissipation des conflits.



Objectifs pour les participants :
  • Être plus à l’aise pour parler avec les personnes en deuil
  • Favoriser l’acceptation par tous du processus de deuil chez la personne concernée
  • Travailler avec le temps en tenant compte des étapes à traverser
  • Trouver les interventions qui favorisent l’expression de chacun

Méthode et moyens pédagogiques :
Alternance d’apports théoriques issus des sciences humaines, d’échanges entre les participants et de mises en situation.

Prérequis :
Être titulaire du DEMF



Déroulement de la formation :

Matin
Le processus de deuil
  • Les effets de la perte
  • Les différents modèles de processus de deuil
  • Les temps du deuil et les étapes
  • La singularité de chaque situation

Après-midi
Le deuil en médiation
  • Échanges sur nos propres ressentis à l’évocation de la mort en médiation
  • L’orientation des endeuillés en demande d’un accompagnement spécifique
  • Les interventions du médiateur dans les situations où la question du deuil bloque le dialogue
  • Les limites du médiateur